Les derniers bandits kurdes de la Turquie moderne

Les derniers bandits kurdes de la Turquie moderne : Analyse des soulèvements individuels « spontanés » kurdes ou le banditisme contre l’État-nation turc

Introduction

L’histoire de la rébellion kurde contre l’État-nation turc, et conjointement celle de la question kurde dans la Turquie moderne, débute avec le déclenchement des grandes émeutes de Koçgiri, Cheik Said et Dersim à l’aube du XXe siècle. Après une répression étatique extrêmement musclée, cette rébellion semble entrer en sommeil. Dans l’historiographie silence et inertie prévalent jusqu’à l’émergence des premiers mouvements kurdes organisés à la fin des années 1970, ceux du DDKO (Foyers culturels orientaux révolutionnaires de l’Est) qui finissent par laisser la place au monopole de Partiya Karkêren Kurdistan (PKK – Parti ouvrier kurde). En d’autres termes, la dernière phase du banditisme kurde, qui émerge comme phénomène de masse dans les années 1950, atteint son apogée dans les années 1960 et a soudainement disparu à la fin des années 1970, ne semble pas faire partie de l’histoire du ressentiment kurde, et ce, en dépit du fait que le banditisme kurde, dans sa phase ultime en Turquie moderne, a contribué de manière significative à la transformation de la région. Il est, en effet, devenu l’un des principaux thèmes sollicités dans le processus d’édification de l’État-nation turc, et a survécu jusqu’à l’émergence des premiers mouvements organisés kurdes à la fin des années 1970. Il a alors laissé en héritage sa « philosophie montagnarde » rebelle aux mouvements qui lui ont succédé et qui ont contribué à sa disparition. Cet article tente de combler les vides laissés par cette histoire oublieuse du ressentiment kurde en posant la question suivante : dans quel sens les « crime ordinaires » des derniers bandits kurdes étaient-ils extraordinaires ?

Reference: Özcan, Ahmet (2013). “Les derniers bandits kurdes de la Turquie moderne”, in Ratiba Hadj-Moussa and Sophie Wahnich (eds.), L’homme et la société, L’Harmattan, Vol. 187-188, January-July, pp. 155-181.

Couv. 187-188.pdf

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s